Accueil du site > Article de fond > 31 janvier : fête de saint Jean Bosco

31 janvier : fête de saint Jean Bosco

lundi 30 janvier 2017, par Paul Nève


Giovanni Melchior Bosco est né à Castelnuovo d’Asti près de Turin (Piémont) le 16 août 1815 et mort à Turin le 31 janvier 1888. Ses parents sont de pauvres paysans, mais sa mère, demeurée veuve avec trois enfants, est une sainte femme.

Son caractère et ses bonnes manières lui donnent une grande influence sur les enfants de son âge qu’il entraîne avec lui vers les divertissements et la prière. Doté d’une mémoire extraordinaire, il s’amuse à répéter à ses amis les sermons qu’il a entendus à l’église. Ce sont là les premiers signes de sa vocation apostolique.

Il ne peut faire d’études, sa famille étant trop pauvre, qu’avec l’aide de bienfaiteurs ou avec l’argent qu’il gagne en travaillant. Il est ordonné prêtre en 1841 et se consacre aux jeunes des quartiers pauvres et abandonnés, notamment aux jeunes ouvriers. On l’appelle Don Bosco.

Jean Bosco, ému par les misères corporelles et spirituelles de la jeunesse abandonnée, décide de réunir, tous les dimanches, quelques vagabonds qu’il instruit, moralise, fait prier, tout en leur procurant d’honnêtes distractions. Mais cette œuvre ne suffit pas à entretenir la vie chrétienne et corporelle de ces pauvres enfants délinquants. Jean Bosco, bien qu’il n’ait pas beaucoup d’argent, décide d’ouvrir un asile pour les plus déshérités.

À leur intention, il ouvre à ses frais, à Turin, l’Oratoire Saint-François-de-Sales, une sorte de foyer dont les activités vont sans cesse s’élargir (cours du soir en 1844, un foyer d’apprentis en 1847, une école secondaire et des camps de vacances (1848), cours professionnels et une collection de Lectures catholiques (1853), organisation des loisirs...).

Blason de la Société de saint François de SalesPour faire face au développement de cette action, il s’entoure de prêtres éducateurs avec lesquels il fonde le 26 janvier 1854 la Société de Saint François de Sales (dont les membres sont couramment appelés salésiens), chargée de l’éducation des enfants pauvres, ainsi nommée en hommage à François de Sales. Elle sera approuvée en 1869 par le pape Pie IX.

En 1872, avec Marie-Dominique Mazzarello, Don Bosco fonde l’Institut des Filles de Marie-Auxiliatrice (ou Salésiennes).

En 1876 il fait approuver une manière de tiers-ordre, la Pieuse Union des Coopérateurs salésiens.

Il est fondateur de maisons d’accueil pour étudiants, de foyers pour jeunes ouvriers, de séminaires pour vocations tardives... Son activité au service de la jeunesse des milieux populaires, les résultats qu’il obtient auprès d’elle dans les divers domaines de la formation générale, professionnelle, religieuse, ses recherches pédagogiques, sont bientôt connus à travers l’Europe où les fondations d’instituts se multiplient.

On lui a attribué des miracles, le don de lire dans les cœurs et de prédire l’avenir, ce qui explique en partie sa popularité immense et les triomphes qu’il remporte dans ses quêtes en France (1883) et en Espagne (1886). Mais on a, depuis lors, insisté sur ses qualités exceptionnelles d’éducateur. Il n’a guère laissé d’exposés didactiques (toutefois, en 1876, il a écrit son Traité sur la méthode préventive en éducation), sa pédagogie se comprenant à partir de son action : il faisait de l’éducation une affaire de confiance affectueuse et vigilante qui devait s’exprimer dans la joie et il admettait dans ses groupements une liberté si étonnante pour l’époque qu’on l’a souvent passée sous silence. Une de ses maximes était : « Prévenir et non réprimer ».

Don Bosco est béatifié en 1929 puis canonisé par Pie XI le 1er avril 1934, jour de clôture de l’année sainte. En 1958, Pie XII le proclame patron des apprentis.

Au 1er janvier 2004 (les chiffres n’ont guère bougé depuis), on comptait 16 692 Salésiens et 523 novices répartis dans 1 871 maisons, ainsi que 15 855 Salésiennes et 414 novices dans 1 564 maisons.

 

 


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette